” Les femmes sont les plus disciplinées. Elles assurent mieux la gestion des services. Elles sont dotées de plusieurs capacités. Elles sont très compétentes et patientes. ” Affirme un monsieur.

Salam, bonjour, shalom à tous!
It’s has been a long time!! Comme ça se voit, je suis très enthousiasmée de vous retrouver. Installez-vous je vais vous raconter quelque chose. Le 16 octobre dernier j’étais à kpalimé par le biais de la Banque Mondiale pour une visite de terrain en prélude à la Journée Internationale de la Lutte contre la Pauvreté. Avec la Banque Mondiale, nous avions visité la coopérative Choco-togo qui est aussi la toute première entreprise productrice du Chocolat au Togo et aussi l’une des bénéficiaires du financement du PASA.

Brève présentation de choco -Togo

Choco-Togo a vu le jour en 2013. Il y a donc 5 ans qu’elle existe. Elle produit du chocolat, des pâtes à tartiner, des cakes au chocolat. Elle dispose de 2 sièges (Lomé et kpalimé). Elle est une entreprise composée uniquement de jeunes dynamiques. Elle exporte du chocolat au Japon, livre des cakes pour la compagnie aérienne Asky et est très connue aux USA, en France, en Belgique et en Italie. La partie la plus impressionnante est que choco-Togo n’a pas pensé uniquement à se faire de l’argent mais aussi à améliorer,.sinon à changer les conditions de vie des femmes rurales et des femmes de sa communauté.  Pour réaliser cela, elle embauche 80% de femmes et 20% d’hommes (chose que beaucoup d’entreprises ne font pas).

Je vous parlais au début des propos d’un certain monsieur, eh bien ce monsieur n’est personne d’autre que l’un des promoteurs de choco-Togo. Comme quoi les femmes rendent viables une société et si l’on investit en elles, elles font bouger le monde.
C’était donc un sentiment de fierté et d’émotions pour nous qui leur avons rendu visite d’écouter les témoignages des femmes rurales qui travaillent pour cette entreprise.

Avec (de gauche à droite) la blogueuse Edwige Mensah, la représente résidente de la banque mondiale au Togo et moi!

La banque mondiale dans son engagement à accompagner le Togo dans la lutte contre la pauvreté, au lendemain de la visite du terrain, a organisé une discussion avec un panel d’experts pour mieux informer les étudiants et blogueurs sur les opportunités d’emplois dans l’agriculture et dans les nouvelles technologies. Il s’en est suivie une vidéo conférence diffusée dans une vingtaine de pays africains connectés au cours de laquelle le vice président dans son intervention a fait l’état des lieux de la pauvreté. D’après lui près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,5 dollars par jour. Ce qui signifie que si l’extrême pauvreté a reculé, des milliards de pauvres peinent encore à satisfaire leurs besoins élémentaires.

Il a conclu en proposant des solutions qui sont entre autre l’investissement de l’État dans la santé, la réduction de nombre d’enfants par famille, l’investissement dans le capital humain, l’investissement dans les technologies, la mise  en place d’une plateforme participative des jeunes. Il a également insisté sur le fait que les jeunes doivent être des leaders en servant leurs communautés et en mobilisant leurs efforts pour apporter des changements.

Voici ce que j’avais à vous raconter . Nous souhaitons une très longue vie à choco Togo et invitons massivement les togolais à consommer les produits de ces jeunes togolais qui créent et innovent dans l’agroalimentaire. L’un des soucis majeurs auxquels Choco Togo fait face est que le togolais n’achète pas vraiment leurs produits. Je nous invite donc à faire l’effort de consommer local car non seulement ces jeunes redorent l’image du pays mais ils créent de l’emploi pour leurs concitoyens et changent la vie des couches vulnérables qui sont les femmes.

Si vous n’insériez pas les femmes dans la gestion de vos activités c’est donc l’occasion de commencer par le faire, mais si c’est le contraire continuer en ce sens. Simone de Beauvoir disait ceci :Éduquer une femme c’est éduquer toute une nation. Et moi je dis : investir dans une femme, associer une femme à ses projets c’est prospérer sans cesse et assurer la durabilité de ce dernier.