Elles ont le monopole du commerce togolais, elles sont d’importantes pourvoyeuses de fonds à travers leurs activités rémunératrices, de la revendeuse d’adémè à celle des bananes ou encore de la revendeuse de pagnes à celle des chaussures en passant par les porteuses(agbantéto ). Elles ont fait de grandes réalisations avec leurs différentes activités,ces réalisations profitent au développement économique de notre pays. Elles sont à féliciter et à encourager ces dames. A toutes je vous dis merci , merci de faire preuve de votre leadership personnel dans tous les secteurs de travail de notre pays. Le monde évolue chaque jour, les choses changent c’est ainsi que l’analogie à fait place au numérique et pour être dans la gamme faudrait se mettre à jour mais force est de constater l’absence des femmes togolaises dans l’économie numérique du pays,pourtant le ministère des postes et de l’économie numérique est tenu par une femme. La faute à l’éducation des TIC? Ou un manque de volonté?

Les femmes à l’école du numérique

De mon point de vue je dirai que les femmes ont la volonté de le faire et si on leur donne les moyens elles y arriveront et avec excellence. Donc faudrait organiser des séances d’échanges en vue de les sensibiliser massivement et organiser des ateliers purement pratique pour la maîtrise des techniques de l’information et de la communication. Et dans cette lignée je m’en vais féliciter tech228 pour son café numérique organisé le samedi 11 mars 2017 au Prémium Esplanade à l’endroit des femmes. Un café autour duquel Emefa Kpegba (CEO & COFOUNDER-AFRITECH Hub) ,Rolande Aziaka (journaliste, Directrice -ECO Conscience tv) Marylin Fanyo (Social Média Manager) ont entretenu les femmes et jeunes filles Sur le thème le rôle de la femme dans l’économie numérique au Togo” pour enlever le mythe sur les techs et les exhorter à s’y lancer dedans. Vivement la prochaine édition.

Bref c’est avec la multiplication de ses séances (renforcée par des ateliers )qu’on verra les femmes du grand marché associer les TIC à leur commerce et la vive présence de celles-ci dans l’économie numérique togolaise. Le numérique ne doit plus être le propre du sexe masculin.

Add Comment