«L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » disait Nelson Mandela. Pourtant, il est triste de remarquer qu’à ce jour nombreuses sont les filles qui n’ont pas accès à l’éducation pour diverses raisons.

Dans le souci de rendre l’éducation plus facile d’accès et à l’occasion de la journée internationale de la jeune fille, l’association Empower Ladies a organisé une sensibilisation sur l’importance de l’éducation de la jeune fille dans la préfecture du Haho plus précisément à Dovikopé, dans les environs de la ville de Notsé au Togo.

Les discussions ont porté d’abord sur le thème retenu pour cette journée à savoir : les filles, une force libre et inarrêtable. Nous avions expliqué cette thématique en insistant sur le fait qu’être une fille forte ne veut pas dire que l’on doit être une fille impolie, ni une fille grossière ou aggressive envers le sexe opposé, mais qu’il s’agit d’être une fille qui a confiance en elle, qui sait ce qu’elle veut, qui sait se battre pour ce qu’elle veut et qui a une bonne estime d’elle-même.  D’une certaine façon, cela ne voudrait pas dire qu’elles doivent se laisser marcher dessus. Elles doivent juste mettre des limites pour s’imposer comme des Reines.

Ensuite, nous avions sensibilisé les mamans présentes à la rencontre sur l’utilité de partager les travaux ménagers entre les garçons et les filles à la maison afin que les deux puissent gagner en temps et disposer de temps suffisant pour leurs études.

Echange sur l’hygiène menstruelle des jeunes filles

Enfin, avant de nous séparer, nous avions offert à 120 adolescentes 240 serviettes hygiéniques afin de les encourager à mieux s’occuper d’elles. L’une des raisons pour lesquelles les filles manquent parfois les cours est leur menstruation. Et il semble qu’elles n’ont parfois pas les moyens de s’offrir des serviettes hygiéniques dans les zones reculées comme Dovikopé et puisqu’elles sont confrontées aux moqueries de leurs camarades, elles en font une raison pour rester à la maison.

Photo d’ensemble devant l’école de Dovikopé